Nos réalisations

De l’eau potable à Ambavahady, un grand pas vers l’accès universel
De l’eau potable à Ambavahady, un grand pas vers l’accès universel

« Tsy misy mafy tsy laitry ny zoto » (A coeur vaillant, rien d’impossible), dixit un adage malgache. Le fokontany Ambavahady, si enclavé qu’il soit, accède enfin à l’eau potable après des grands efforts menés par toutes les parties prenantes. »

Située à plus de 2200m d’altitude, Ambavahady est la localité la plus éloignée de la CR Ambohiborona, limitrophe du District d’Ambatolampy et de Faratsiho. L’accès se fait à pieds, en partant d’Antsonjorano, chef- lieu de ladite Commune, pour une durée d’au moins trois heures et demie de marche, escaladant vallées et montagnes, passant des chemins rocailleux et des forêts d’arbustes. Il fait partie des 4 fokontany d’intervention de SAF/FJKM pour l’année 2016-2017, en partenariat avec WaterAid Madagascar, par le financement de Jersey Overseas Aid. Trois villages sur les cinq qui forment le fokontany, à savoir Ambohijoky, Faravohitra et Ambalavato, ont désormais accès à l’eau potable depuis le mois de décembre 2016.

Ne jamais abandonner

Le fokontany a été priorisé parmi les sites d’intervention de la première année à l’issue des études de faisabilité menées au mois de novembre 2015. « Les habitants y sont vraiment soifs du développement. L’enclavement du fokontany contraint les acteurs à refuser toute proposition. Il y avait moment où le Fond d’Intervention pour le Développement a été contraint d’abandonner le projet de construction d’une école publique vu l’état du chemin pour acheminer les matériaux. Voilà pourquoi les habitants se sentent vraiment oubliés », comme Ramahafinaritra, Maire de la Commune, d’en argumenter.

Ainsi, le fokontany Ambavahady n’a jamais eu profité d’aucun projet de développement. L’école primaire d’Ambohijoky, construite par la communauté elle-même constitue la seule infrastructure publique de la localité. Ce qui fait que la réalisation du projet d’adduction d’eau potable dans le fokontany a drainé un effort considérable et une mobilisation conséquente car la population, si motivée qu’elle soit, n’a pas l’habitude de participer aux apports bénéficiaires. Parmi les trois sites d’interventions, Ambohijoky est le plus inaccessible. Le camion transportant les matériaux de construction (fer, briques, sable, bois, moellons) est obligé de s’arrêter à Faravohitra. Et de là, le transport se fait à dos d’homme et/ou en charrette. « Il nous a fallu à peu près un mois pour que les matériaux soient tous sur place. Un voyage aller et retour en camion se fait en trois jours, du chef – lieu de la Commune à Faravohitra. Le chemin est rocailleux et la montée est très difficile.», raconte Rakotonirina Davidson, chef de fokontany d’Ambavahady. Et de continuer : « Beaucoup de gens ont été sceptiques quant à l’arrivée d’une voiture sur le lieu. D’autres ont failli abandonner leurs apports. Mais il y avait une majorité qui a montré du courage pour la réfection de la route et le transport à dos d’homme. Ne jamais abandonner puisqu’il nous reste qu’un pas à franchir pour arriver au but, leur ai-dis-je le plus souvent. »

Evidemment, tous ces efforts ont apporté des fruits. Deux systèmes d’adduction d’eau potable sont installés auprès du fokontany, alimentant au total cinq bornes fontaines et un dispositif de lavage des mains au niveau de l’EPP Ambohijoky. Quelques 740 personnes dont 203 élèves et enseignants, répartis sur 82 ménages utilisent ces nouvelles infrastructures.

Réels changements

Parmi les bénéficiaires du projet, Dadabe Rabesoa, vieux de 90 ans et plus, se trouve très satisfait du travail accompli. Sollicité par ses petits-enfants à prendre une photo à côté d’une borne fontaine, il avoue avec joie : « A mon âge, je puisse boire enfin de l’eau potable. Je n’y croyais pas de mes yeux qu’une infrastructure publique va être installée ici. Je pense que je mourrais tranquillement, pas à cause des maladies mais parce que je suis déjà assez vieux pour vivre dans cette terre ». Rakotohasimbola Hermé, père de famille, habitant à Faravohitra constate le réel changement : « A la période sèche où l’eau se fait rare, nous ramenons le repas de midi aux chercheuses d’eau. Mais aujourd’hui, même les toilettes sont plus loin de la maison que la borne fontaine ! ». Le petit village d’Antaninandro, près d’Ambohijoky, a eu les premières constructions de douches familiales après l’accès à l’eau potable. « L’eau nous a fait ouvrir les yeux, nous étions très sales auparavant », Jacqueline Razafindramanana, mère de famille. Les enfants ne sont pas en reste. Un dispositif de lavage des mains est installé auprès de l’EPP Ambohijoky et la douche auto-construite est branchée en eau. « Nous apprenons désormais l’hygiène corporelle par la pratique. Les élèves prennent plaisir à se doucher avant la classe ou à la récréation », rapporteVoahangy Tiana Rabakomalala, directrice de l’école. Le gain de temps est également quelque chose de nouveau comme le constate Rafarasoa, la femme du Chef de Fokontany : « La cuisson se fait en parallèle avec le puisage. Tout est désormais facile ». Effectivement, l’eau a changé le quotidien de la communauté d’Ambavahady. « Quand on veut, on peut », conclut le Maire de la Commune.

Zones d’interventions

  • Ampasimadinika
  • Commune Amboditandroho

Partenaires de mise en œuvre

Réalisations

Nulla minus optio

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit. Nulla minus optio earum laboriosam recusandae quidem ut maxime dolores culpa, mollitia. Non ex corrupti quod illum, ad praesentium molestias animi. Neque.

Objectif

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit. Nulla minus optio earum laboriosam recusandae quidem ut maxime dolores culpa, mollitia. Non ex corrupti quod illum, ad praesentium molestias animi. Neque optio earum laboriosam recusandae quidem ut maxime dolores culpa

Zones d’interventions

  • Commune Amboditandroho
  • Ampasimadinika
  • Ambinaninony
  • Fanandrana
  • Antetezambaro
  • Toamasina Suburbaine